samedi 7 juillet 2012

Les meilleurs albums Rap US des années 90 [1991]

Nous nous sommes quittés sur une année 1990 en proie avec le militantisme pro black et les balbutiements de la scène New School de l'époque. Celle ci prenant de plus en plus de place, il est temps pour nous d'évaluer son impact et distinguer le meilleur de l'année 1991.



1991



10
DJ Jazzy Jeff & The Fresh Prince


Avant de devenir l'acteur noir le plus bankable d'Hollywood, Will Smith s'est comme tout le monde le sait, fait connaître en tant que rappeur. Associé au désormais légendaire DJ Jazzy Jeff, notre duo sortait en 1991 l'album Homebase; véritable concentré de bonne humeur et de légèreté, Homebase est l'exemple parfait de la fameuse devise définissant le Rap: "Unity love & Having Fun". Vous n’êtes pas convaincu ? Écoutez le classique "Summertime" vous allez comprendre tout de suite.



9
Cypress Hill - Crypress


En neuvième position le premier album de Cypress Hill. Album au titre éponyme, ce dernier ce démarque surtout par les début fracassant de B-Real (un monstre de technicité) et son compère DJ Muggs. Ce qu'on retient surtout c'est surtout l'approche sonore de Cypress en étant précurseur d'un son Westcoast se voulant loin de la G-Funk. Assez Eastcoast dans la forme, la hargne propre à la cote ouest est plus que présente dans le fond. En ressort un album à la fois punchy et irrévérencieux. Un must à découvrir d'urgence. (écouter un extrait).



8
MC Lyte - Act Like You Know


La jeune génération d'auditeur ne connait pas MC Lyte. Pourtant à l'image d'une Queen Latifah, Lyte est une figure du Rap féminin au début des années 90. Plus virulente qu'une Latifah (assez friendly au fond); Lyte dans ses textes se fait porte voix d'un Rap féministe dénonçant la misogynie et le sexisme. Toutefois, son oeuvre ne se résumant pas qu'à la défense de la cause féminine elle s'exprime par la même occasion sur les nombreux problème sociaux de la première puissance mondiale. Crédible, engagée et passionnée, MC Lyte est aux antipodes des rappeuses actuelles... La preuve ici : écouter un extrait



7
Geto Boys - We Can't Be Stopped


Plus haut je soulignais l’irrévérence de B-Real et de Cypress Hill. Sur ce terrain, inutile de vous dire que les Geto Boys sont un cran au dessus. Récit hilarant, satyre social, propos douteux "Im not a Gentleman", "Gota Let Your Nuts Hang"... Le tout servi par des beats bien Funk rétro, si l'album assez vieilli il reste marquant pour l'époque et une source intarissable pour le sample. (écouter un extrait)



6
Gang Starr - Step in The Arena

Parce-que Primo, parce-que Guru. Des questions ? (écouter un extrait)



5
De La Soul - De La Soul is Dead


En cinquième position le second album de De La Soul. Étrangement nommé De la Soul is Dead, cette album va plus loin que les précédents tout en jouant la même partition. Récits enjoués, jeux de mots, double sens et beat jazzy/funky. On aime tout simplement. (écouter un extrait)



4
N.W.A - Efil4zaggin'


Plus de cube de glace dans le groupe. Rien à cirer. Ceux qui pensait que le groupe allait exploser (il le fera de toute manière) se fourrent le doigt dans l'oeil ! En réponse aux attaques perpétuelles d'Ice Cube depuis son départ. Eazy E, Dr Dre et les autres se sont tout simplement surpasser pour leur dernier album en commun. Plus vicieux, plus clivant, plus virulent, plus violent que jamais. N.W.A signe ici l'apogée du gangsta rap (tout le reste n'est que miaulement à coté). (écouter un extrait)



3
A Tribe Called Quest - The Low End Theory


Si pour beaucoup The Low end Theory est le meilleur album du groupe mené par Q-Tip (il serait difficile de leur donner tord). Il est pour moi le plus aboutit en terme de vision. En véritable feuille de route, ATCQ fort de son expérience s'impose et confirme son statut de porte drapeau de la new school avec une aisance toujours aussi chill. Totalement décomplexé, on atteint ici la quintessence du son "posé". Beat choisis avec une précision d’orfèvre, thème varié (oscillant entre dureté et légèreté). Bref, quand on atteint un tel niveau dès le second album on se tait et on écoute. (écouter un extrait)




2
2Pac - 2pacalypse Now


Sous estimé par certains et surestimé par les autres (les fans). 2Pacalyspe Now est pourtant un des meilleurs album de l'année 1991. Sa place sur le podium se justifie par l'esprit de synthèse voulu autour de l'album, et la profondeur insoupçonné de la majeure partie des textes. Ainsi, au fil de l'album. 2Pac oscille savoureusement entre ce goût inné pour la provocation (un morceau comme "I Don't Give a Fuck" est juste impensable aujourd'hui) et une posture plus sociale, qui rend étrangement le tout cohérent. Plus que l'album d'un gamin en colère contre un système qui le rejette, et dont il prend plaisir à affronter avec une intelligence rare: ("Word of Wisdom"). C'est comme si 2Pac évoluait devant nous. Il est le premier à parler de lui sans même que sa crédibilité soit mis en doute une seule seconde; dès le premier album il se veut déjà par son passif : plus qu'un rappeur. Bref, 2Pacalyspe c'est avant tout le cri d'une partie de la jeunesse. Une envie de briser toutes les portes. Sans oublier qu'il est un des rares albums de 91 à adopter une posture militante pro black . Toutefois, si le fond est excellent, difficile de passer outre ce manque flagrant d'ambition au niveau des beats ("Violent" mis à part). Le premier du classement fait il mieux ? (écouter un extrait)



And The Winner is :



1
Ice Cube - Death Certificate


Sans grande surprise si vous êtes un féru de Hip-Hop. Death Certificate d'Ice Cube se place naturellement au top de ce classement. Plus virulent, plus intelligent, plus tonitruant. Avec ce second album, Ice Cube réussi là où 2Pac s'est loupé avec 2pacalyspe. En effet; avec Death Certificate, O'Shea Jackson de son vrai nom apporte sous des sonorités bien thug un semblant de réflexion socio politique. Si la police blanche raciste en prend pour son grade, le Cube de glace réserve quelques ogives pour les gangs poluant les rues et bien entendu ses ex comparses d'N.W.A. Ah oui, n'oublions pas la pochette devenu mythique. L'Amérique à la morgue... Putain c'est juste Brillant ! (écouter un extrait)


Alors cette année 91 ?


Comme vous avez pu le constater, l'année 1991 fait figure de prémices à une tendance qui tend à s'imposer dès l'année suivante. Premier constat; le militantisme pro black et l'afrocentrisme dans le Hip-Hop connaît un fort recul tandis que le gangsta rap et la cote ouest gagnent de plus en plus en importance. Autre fait pertinent, 1991 fait la part belle une nouvelle fois aux groupes et aux collectifs; une preuve que le Rap des années 80/90 est avant tout une démarche collective. Néanmoins, les artistes ayant marqué l'année sont des rappeurs solo. Est ce un signe de changement pour l'année 1992 ?


L'année 1992 à suivre ici

1 commentaire:

  1. Le MC Lyte et le Will Smith sont nul.

    D'autres albums méritent plus, le Main Source, le DJ Quik, le OK, le Ice-T, le Naughty by Nature...

    Le Tupac classé trop haut.

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...