lundi 28 décembre 2009

Le Finger Tutting [Découverte]



Chers lecteurs, chers lectrices.

CrazySongz, se donne pour ambition de vous tenir modestement au parfum sur l'actualité urbaine.

Une fois n'est pas coutume, dans la tradition des danses urbaines. Une nouvelle tendance a fait son apparition il y'a quelques mois. Son nom : le Finger Tutting.



Soyons Cash, il ne sagit pas de la derniere pratique sexuelle à la mode. Il s'agit véritablement d'art urbain. La technique repose finalement sur l'usage des doigts et des avant bras, afin de crée des formes géométriques tout en étant en symbiose parfaite avec le son.

Dans un sens plus global, les férus de danse urbaine connaissent le "Tutting" grace au fameux tube de M.Jackson "Remember The Times" où il dansait en executant certains pas aux formes géométrique.


Aujourd'hui, la jeunesse a pris la relève et je vous propose donc le Finger Tutting version 2009.


lundi 14 décembre 2009

Fergie - Glamorous (clip VOSTFR)



La musique.

Beaucoup l'écoute mais combien la comprenne au sens propre du terme ?

La tête bouge souvent et les coeurs des jeunes filles s'agitent sur le dernier tube sexy d'Usher ou R.Kelly. Mais savez vous ce que cache les paroles des morceaux de 2pac, Beyonce ou encore Lil Wayne ?

A moins d'être bilingue la réponse est Non, et c'est là que j'entre en scène. Car sur CrazyS, seront postés des clips entièrement sous titré en français (vous pourrez donc vous la pété devant vos amis...).

Et on commence avec un coup de coeur perso: Fergie et son titre Glamorous en duo avec Ludacris.

Love and Watch.


video

vendredi 11 décembre 2009

50 Cent - Do You Think About Me [Clip]



Enfin, Enfin, Enfin !


Pourquoi tant d’enthousiasme à une heure si tardive (00h53 à l’heure où je tape frénétiquement sur Word). Et bien c’est simple, je viens de voir un clip. Il s’agit du dernier clip de 50 Cent : « Do You Think About Me », présent sur le dernier opus du emcee : Before I Self Destruct. D’entrée je vais être honnête avec vous, je ne me suis pas extasié devant un clip depuis l’émouvant « Like You’ll Never See Me Again » d’Alicia Keys. Pourtant comble du comble, c’est 50 Cent qui ma fait passé 3 minutes 25 de pur Entertainment!

Revenons d’abord au contexte général du dernier album en date du rappeur au gilet pare balle. Before I self Destruct est considéré par son auteur comme étant un album street et à la fois Brut dans les thèmes abordés. 50 fait l’impasse sur le coté aseptisé de son à la « Candy Shop » pour un rendu plus touchant et spontané, on ne va pas s’en plaindre. « Do You Think about Me » raconte l’histoire d’un couple séparé où la femme n’arrive pas à tourner la page et en veut encore à son ex.

Mise en scène, très « kainry » pour la réalisation, où on retrouve 50 en mode player face à une ravissante Babes ; puis à des séquences montrant les tentatives de vengeance de l’ex. Ajoutons, aussi que le clip échappe à la mode qui veut que tous les clips soient en Noir et Blanc, mode que je trouve tout simplement indigeste.

Le tour de force réside dans la présence de Vivica Fox, un tour de force qui rend encore plus agréable, Vivica Fox étant véritablement l’ex de Curtis Jackson, un détail qui rend le tout crédible et naturel. En effet, il est rare de voir un ancien couple mettre en scène leur relation passé avec autant de classe et d'aisance. Et si on prend en compte l’excellent jeu d’acteur de nos deux protagonistes, on obtient un excellent clip sur un thème que l’on connaît tous au moins une fois dans sa vie.


video

mardi 1 décembre 2009

Keith Murray - Enigma [Chronique]


Chronique d'un soldat oublié.


1ère énigme, mais qui est Keith Murray ? Voila la question que peut se poser l’auditeur lambda d’aujourd’hui.

Avant de répondre à cette énigme, comment de nos jour une question de la sorte peut elle être posé ?

Sachez donc que Keith Murray est un membre du Def Squad, au même titre que le célèbre Redman et Erick Sermon. Ce trio fut prolifique pendant les années 90 et donna naissance à plusieurs classiques du genre.

Malheureusement, le Rap Game est impitoyable et faute de succès et de visibilité le trio ne jouit plus du succès qui lui est dû. Murray quant à lui à choisi la voie de l'indépendance pour continuer à vivre sa passion.

Car oui, si on doit qualifier Murray en un mot il s'agirait de Passionné. Mais alors que peut donner un album fait par un vrai passionné ? Et bien c'est là que Enigma entre en scène.

Enigma est le second album de Keith Murray, il fait suite à "The Most Beautifullest Thing in This World" sorti en 1994. Dans un premier temps, retournez dans votre esprit au début des années 90. La cote Ouest et son gangsta rap domine les charts, ce qui pousse la cote Est au second plan. Dans ce contexte, l'histoire retient "Ready to die" de Notorious big et "Illmatic" de Nas, comme les albums ayant sauvé le Rap Eastcoast. Quelle fut la part d'Enigma dans tout ça ?

Avant toute chose, Enigma a la particularité de ne pas contenir une pléiade de producteurs ou de chanteurs rnb à la mode. Non, ici c'est Erick Sermon qui supervise le tout, à quelques exception près où The Ummah (collectif de producteurs composé de Jay Dee et Qtip entre autre) nous fait le cadeau de produire deux magnifiques Track sur les 14 présentes.

Autant, être clair nous avons affaire à un classique. Et tout classique qui se respecte ce déguste tel un diner dans un 4 étoiles. Nous disposerons volontié de l'amuse gueule que représente l'intro et nous attaquerons sereinement l'entrée représenté par le "Call My Name" et "Manifique" où Murray se livre à un ego-trip très Street.et bourrée de référence Pop culture..

L'entrée s'achève avec "Whuts Happinin" et son sample de Marvin Gaye et laisse place au plat de résistance de l'album. En effet, c'est l'incontournable "The Rhyme" connu de tous qui met l'oreille en appétit, le tout suivi d'un "Dangerous Ground" en feat avec 50 Grand; une track particulière où les basses de A tribe Called Quest sont reconnaissable à la 1ère écoute, logique puisque The Ummah est crédité à la prod..

A ce stade de l'album on peut déjà parler de dégustation auditive. On continu avec "What a Feelin" où Murray clame la supériorité de son crew et "Hot To Def" qui sample le "Pride and Vanity" des Ohio Players. La galette de résistance s'achève en douceur tandis que Busta Rhymes, Redman et Jamal s'invite sur "Yeah". Enfin l'assiette se vide sur un "Love L.O.D" qui confirme l'alchimie entre Murray et Grand sur une rythmique freestyle.

Attendez, le dessert est offert par la maison! Toutefois l'appel au calme prôné sur "To my mans", un passage obligatoire pour l'apprécier. En effet, le dessert se présente sous deux track bien distinctes; Murray tente le storytelling et nous narre ses périples à travers le globe sur "Would Be Free" et enfin le maitre J.Dilla nous offre un remix très mélancolique de "The Rhyme" . Un remix qui offre une dimension plus street et rend le tout plus "authentique" que l'original.

Enigma na pas connu un succès immédiat et na pas reçu son statut d'office, la faute à une redondances dans les thèmes abordés dans les sons (défaut partagé par Redman) et bien sur un rap game qualitativement très concurrentiel à l'époque. Murray est avant tout un passionné, un maitre du freestyle aux punchlines incisives et c'est cet univers qui ressort d'Enigma. Le Def Squad et Erick Sermon apporte une cohérence et prouve qu'il est possible de faire un bon album en restant proche de sa famille et son squad.

Par conséquent, si Nas et Biggie ont donné un nouveau souffle au rap new yorkais, n'oublions pas l'apport de grands chefs comme Keith Murray, AZ ou encore Qtip.

Un classique à déguster vous dis je.

Tiya - How Come [Clips]


C'est à mes heures perdu à zapper nonchalamment sur la Freebox que je tombe sur un magnifique son Nu Soul venant caresser mes oreilles. La coupable se nomme Tiya et ma 1ère impression est de la mettre du coté de la scène britannique.

Ainsi, après ce doux traumatisme je me suis décidé à mener ma petite enquête et soudain, le CHOC ! Tiya est une jolie guadeloupéenne vivant dans la capitale. Dans ce cas, d'où lui vient une telle musicalité? Et bien c'est en poursuivant mes investigations sur son myspace que l'on apprend que la belle à rouler sa bosse dans le froid canadien puis dans les contrées d'Obama.

Un résultat détonnant, qui apaise l'auditeur et se paie le luxe d'avoir un univers où nous pouvons nous reconnaître avec un bon niveau d'anglais. Car oui, le bémol est là. Tiya nous narre ses expériences dans la langue d'Erykah Badu; cela peut être préjudiciable toutefois nous serons clément, tant il est difficile de groover en français.

Bref, avant que les médias s'y intéresse, voila en exclu "How Come".


video

+ le myspace : http://www.myspace.com/tiyamusic

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...